Prévention et action contre le SIDA

HUMANITAIRE · Un projet d’étudiant·e·s lausannois, CALWHA, collabore depuis 10 ans avec deux hôpitaux tanzaniens pour augmenter l’adhésion aux traitements administrés aux enfants atteints du SIDA et faire de la prévention contre la maladie. Exploration du fonctionnement de ce système d’entraide.

«We can be heroes just for one day», chantait David Bowie à l’occasion du Live Aid for Africa, première opération de grande envergure visant notamment à récolter des fonds pour la lutte contre le SIDA. 35 ans plus tard, ce sont huit étudiant·e·s lausannois·es de médecine et de soins infirmiers qui apportent une aide de bien plus longue durée à cette cause. Membres du Mouvement des Etudiant-e-s Travaillant contre les Inégalités d’accès à la Santé (M.E.T.I.S), il·elle·s participent à un projet de longue haleine, intitulé Children and Adolescents Living With HIV/AIDS (CALWHA), qui consiste à aider de jeunes tanzanien·ne·s atteint·e·s du VIH/SIDA.

Un projet en Tanzanie

Depuis l’année 2010, les générations d’étudiant·e·s se succèdent chaque année pour apporter une aide continuelle aux hôpitaux locaux situés au Nord-Ouest du pays, près du lac Victoria. «La Tanzanie a été choisie par les fondateurs du projet car la prévalence du SIDA y est très élevée», précise Zénia Fisler, membre de CALWHA. Le projet, en relation avec deux hôpitaux locaux améliore l’adhésion aux traitements distribués et reçoit tous les trois mois un rapport rendant compte de la situation locale. Sur place, les informations sur le mode de diffusion du virus manquent. Les croyances populaires répandent que le VIH est transmis par les moustiques ou les sortilèges, compliquant la prévention. «Convaincre les enfants de la nécessité de venir prendre leur traitement sur place est aussi crucial», explique Julie Blant, responsable de CALWHA. «Les traitements sont uniquement distribués à l’hôpital. Certains enfants et adolescents doivent effectuer un long trajet pour s’y rendre.» Les journées de distribution de traitements, échelonnées sur deux jours, l’une pour les enfants et l’autre pour les adolescents, réunissent 300 personnes tous les mois. L’augmentation constante du nombre de participant·e·s depuis le lancement du projet, semble témoigner du succès de la prévention effectuée. Durant l’été, l’équipe se rend habituellement en Tanzanie pour aider les hôpitaux et faire de la prévention. Cette année cependant, le coronavirus a empêché la tenue du voyage et l’équipe espère pouvoir partir en 2021. Pour récolter l’argent nécessaire à l’organisation des journées, les idées ne manquent pas: «Nous organisons des ventes de pâtisseries, des vides dressings, des karaokés et nous recevons aussi des dons», égrène Romain Durand. «Cette année, à cause du coronavirus, nous n’avons pu effectuer aucune de ces activités et avons lancé un crowdfunding (https://wemakeit.com/projects/calwha) pour soutenir le projet.»

Journée de prévention contre le SIDA

Les membres du projet CALWHA participent aussi à la journée de lutte contre le SIDA, ayant lieu le premier décembre. D’habitude, ils collaborent avec le centre Unisanté lors de cette journée, pour organiser des dépistages gratuits et partager des connaissances sur la maladie. Trouvant regrettable que l’événement soit annulé cette année, les étudiant·e·s ont décidé d’organiser une campagne d’information sur les réseaux sociaux, étalés sur 3 jours, du 30 novembre au 2 décembre. Au programme des deux premiers jours, quizz sur le sujet et informations diverses seront diffusés sur les story de divers réseaux sociaux. Le 2 décembre sera consacré au projet CALWHA en tant que tel et signera le lancement officiel du crowdfunding destiné à récolter 3500.-, le tiers du budget annuel délivré aux hôpitaux tanzaniens. «Notre motivation, c’est de lutter contre les inégalités d’accès à la santé », affirment Allegra Massazza et Audrey Planche. «En Suisse, nous avons une très bonne qualité de vie, nous sommes privilégiés par rapport à d’autres parties du monde.» Ainsi, la chanson We Are The World résume à elle seule l’idéal guidant les membres du projet CALWHA.

Killian Rigaux

Instagram : @metislausanne, Facebook : Metis-Lausanne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *